Le film « Chez nous » va-t-il dévaloriser le Bassin Minier ?

16:44 - 09 février 2017
Lucas Belvaux devant les spectateurs du cinéma « Les Étoiles » de Bruay-la-Buissière
Lucas Belvaux devant les spectateurs du cinéma « Les Étoiles » de Bruay-la-Buissière

Le réalisateur Lucas Belvaux était présent lors de la projection du film à Bruay-la-Buissière.

Le film « Chez nous » a été diffusé en avant-première au cinéma « Les Étoiles » de Bruay-la-Buissière ce mercredi soir. Le long-métrage, tourné dans le Bassin Minier, était attendu dans le Nord-Pas-de-Calais suite aux réactions du Front National après la mise en ligne de la bande-annonce en janvier dernier. « Chez nous » retrace l’histoire d’une infirmière candidate aux élections municipales dans une ville du Pas-de-Calais sur une liste d’un parti populiste. Les spectateurs ont pu échanger avec le réalisateur Lucas Belvaux à la fin de la projection. Il est revenu sur l’évènement qui l’a poussé à imaginer ce scénario.

La genèse du film

Le réalisateur belge, qui a rappelé son attachement au Nord-Pas-Calais, avait déjà posé ses caméras dans la région. À Arras en 2013 plus précisément pour son film « Pas son genre » où Emilie Dequenne joue le rôle d’une coiffeuse. À l’époque du tournage, « les sondages donnaient le FN entre 30 et 40%, » se souvient Lucas Belvaux. « Les gens autour de moi étaient sympathiques, travailleurs, chaleureux… comme mon personnage dans « Pas son genre ». Que se passe-t-il donc dans cette région ? Pourquoi les gens basculent dans un vote extrémiste et dangereux ? » Autant de questions qui poussent Lucas Belvaux à se documenter sur le Front National pour réaliser « Chez nous ».

Le débat avec le public

À la fin de la projection, les spectateurs et le réalisateur ont débattu pendant plus d’une heure. Très intéressé, le public l’a questionné sur divers sujets : le choix de la région comme lieu de tournage, son point de vue sur le Front National. Lucas Belvaux a répondu point par point et sort rassuré de cet échange avec le public : « Les spectateurs étaient contents et ne sont pas partis juste après le film. Je m’inquiétais de leur réaction sur mon regard du Bassin Minier. » Le cinéma de Bruay-la-Buisisère a fait salle comble pour l'ocassion. « Chez nous » n’a pas laissé les spectateurs indifférents. Les avis divergeaient à la fin de la séance « ça me fait peur, ce sont des images que je vois tous les jours dans mon quotidien », « J’ai aimé le film mais la politique ne m’intéresse pas », « Faut se déplacer pour comprendre ce qu’est le Front National ». D’autres spectateurs ont déclaré qu’ils parleraient de ce film autour d’eux. Un peu de patience, « Chez nous » sortira en salle le 22 février. En attendant, les réactions des spectateurs sont à retrouver dans le reportage du flash-infos Horizon de 12h30.

Une volonté de montrer le bassin minier ?

Plusieurs villes du bassin minier sont représentées dans le film : Bruay-la-Buissière, Nœux-les-Mines, Béthune, Lens, Mazingarbe… ainsi que des lieux emblématiques comme le stade Bollaert, les terrils de Loos-en-Gohelle et la piste de ski de Loisinord. Lucas Belvaux a tenu à décrire le lieu de vie de ses personnages. « Le paysage raconte l’histoire des hommes sur un territoire avec leur famille. Filmer un lieu n’est pas uniquement un décor. J’ai pris soin de montrer quelque chose d’emblématique et de beau. » Pendant la projection, de nombreux spectateurs ont glissé le nom d’une rue qu’ils connaissaient ou un endroit qui leur semblait familier. 

La réaction du Front National

Quelques heures après la publication de la bande annonce du film, le Front National a critiqué ce long étrage à l’exemple de Steeve Briois, maire d'Hénin-Beaumont, qui a tweeté : « Pauvre Marine Le Pen, qui est caricaturée par ce pot à tabac de Catherine Jacob. Un sacré navet en perspective ! ». Lucas Belvaux a répondu à ces critiques : « C’est assez drôle, le FN a dit tout le mal qu’il en pensait sans avoir vu le film. C’est comme dire qu’un plat est mauvais sans l’avoir gouté. J’ai trouvé ça brutal mais ça fait parti du jeu. Je n’ai pas été surpris de leur réaction. » Le réalisateur est revenu sur sa volonté de dresser une vision de la société actuelle. En proposant une palette de personnages, tous différents les uns les autres, Lucas Belvaux a voulu que chaque spectateur puisse s’identifier aux comportements.

Avis de la rédaction :
Un film très documenté où il est possible de s’identifier aux personnages. Une histoire bien ficelée vue à travers le regard du personnage principal. Le réalisateur arrive à nous apporter sa réalité de la situation sans caricaturer. « Chez nous » est un film à voir, d’autant plus que nous reconnaitrons à coup sûr notre région, qui n’a pas été dévalorisée.

Retrouver toute l'actualité de ce jeudi 9 février en écoutant le flash-infos Horizon de 17h.

Dans le reste de l'actualité : 
7 000 euros récoltés pour les obsèques de Yanis
Le pic est dépassé mais la grippe fait de la résistance dans les Hauts-de-France

Commentaires

Newsletter

Ephéméride

07 juillet
St Raoul

Anniversaires du jour

Horoscope

Horoscope avec Horizon Radio
Un site créé par La News Company