« Les Jeux Olympiques : une superbe expérience », pour la nageuse Béthunoise Cyrielle Duhamel

10:13 - 31 juillet 2021
La nageuse Béthunoise Cyrielle Duhamel, demi-finaliste des JO de Tokyo, était de passage dans les locaux d'Horizon.
La nageuse Béthunoise Cyrielle Duhamel, demi-finaliste des JO de Tokyo, était de passage dans les locaux d'Horizon. - Géraud Lefebvre

Fraichement débarquée de Tokyo vendredi matin, la nageuse Béthunoise Cyrielle Duhamel, âgée de 21 ans, était de retour dans le Pas-de-Calais. Eliminée en demi-finale du 200 m 4 nages mardi, elle a réalisé le onzième temps malgré une amélioration de son temps personnel. Avec un temps de 2 minutes 10 secondes et 84 centièmes, la licenciée au Stade Béthunois Pélican Club n’a pas vu la finale pour 25 centièmes. De passage dans les studios d’Horizon vendredi après-midi, Cyrielle Duhamel est revenue sur cette première expérience des Jeux Olympiques

Horizon : Cyrielle Duhamel, vous venez juste de rentrer en France après avoir participé à vos premiers Jeux Olympiques, comment le voyage s’est-il passé ?
Super bien ! Cela fait bizarre de retrouver la France, j’ai été confinée pendant une vingtaine de jours, là je dois me recaler sur l’heure française, il y a quand même 7h de décalage horaire, je vais bien dormir ce soir ? (rires)

Surtout qu’une bulle sanitaire stricte était mise en place à Tokyo, comment avez-vous géré ce contexte ?
C’était une expérience ! Je me sers de ma préparation mentale pour rester bien concentrée sur ma course et ma compétition pour ne pas me laisser distraire. J’ai plutôt bien géré car j’ai fait mon meilleur temps lors de cette compétition.

D’ailleurs, cela fait désormais quelques années que vous vous préparez mentalement avec un coach avant chaque compétition. Dans les faits, comment se passe cette préparation mentale et qu’apporte-t-elle ?
Ce sont des choses auxquelles on ne penserait pas forcément, comme la respiration par exemple. Je n’avais pas conscience de cela il y a quelques années et cela fait maintenant 2 ans que je travaille là-dessus. Préparer sa réussite est une clef très importante, cela m’a été bénéfique. Quand j’arrive devant le plot de départ, il n’y a quasiment plus de stress. J’en avais un peu lors de ma première course aux jeux mais plus du tout pour la deuxième, c’était freestyle (rires). J’étais super décontractée !

« J’ai frôlé la finale, tant pis ça sera pour la prochaine fois »

On se dit que c’est une demi-finale de JO ou alors on se dit qu’il ne s’agit que d’une course afin d’évacuer la pression ?
J’avais un sourire sur les lèvres sur le plot de départ tellement j’étais content d’être là. Je me suis dit « Kiff ! T’es aux Jeux, c’est génial ». Je suis super heureuse, en plus j’ai frôlé la finale, tant pis ça sera pour la prochaine fois. J’ai été soutenu tout au long de cette olympiade, aussi bien par le staff que par les Béthunois qui m’ont envoyé beaucoup de messages, ça m’a boosté à fond. Je remercie toutes ces personnes du fond du cœur.

Vous l’avez dit, vous avez battu votre temps personnel pendant ces JO. Avec le recul, quelques jours après les courses, quel bilan tirez-vous de ces Jeux ?
Cela a été une superbe expérience. Je suis jeune, j’ai 21 ans, je vise Paris 2024. Mon objectif, c’était la demi-finale au départ mais quand on frôle la finale de 25 centièmes, c’est  un peu rageant. Je me rattraperai sur la prochaine olympiade. J’ai progressé sur certaines choses. On va repartir avec des objectifs de virages, de coulées, de départs, d’explosivité, de musculation… j’ai une marge de progression assez importante !

Quels sont vos objectifs et vos projets maintenant ?

J’ai une opération des sinus en septembre, je serai à l’arrêt pendant un mois minimum. Après il y aura les championnats d’Europe et du monde de natation. Mais maintenant, place aux vacances ! (rires)

Commentaires

Newsletter

Ephéméride

18 octobre
St Luc

Anniversaires du jour

Horoscope

Horoscope avec Horizon Radio
Un site créé par La News Company