Vague de dépressions et tentatives de suicide en métropole Lilloise

17:30 - 28 juillet 2020
© Shutterstock.

Attaques de panique ou délires psychotiques sans antécédents

A Lille, après la pandémie de Covid-19 et le confinement, la seconde vague est psychiatrique. Les urgences de l’hôpital Saint-Vincent de Paul ont vu leur activité bondir de 30 % au plus fort de la crise. Avec l’Établissement public de santé mentale, l’EPSM, qui s’est adossé à l’hôpital privé il y a quelques années, ces deux entités concentrent les trois-quarts de la pathologie psychiatrique de la métropole lilloise. Le nombre de tentatives de suicide a explosé dans de grandes proportions.

De nombreux patients, en rupture de soins pendant le confinement, sont arrivés aux urgences dans un état catastrophique avec pour certains, des attaques de panique ou de délires psychotiques sans antécédent. Des dépressions qui concernent tous les âges et toutes les catégories socioprofessionnelles.

L’isolement a favorisé le syndrome de glissement chez les personnes âgées et isolées. L'autre phénomène flagrant depuis la sortie du confinement est l’augmentation des ivresses et des consommations de drogues. Le confinement a aussi été une période parfois de remise en question. Certains ont fait un bilan très critique de leur vie, d’autres ont parfois eu du mal à sortir de leur bulle. C’est le fameux syndrome de la cabane. Le confinement a aussi révélé toutes les pathologies des violences familiales, avec des enfants au milieu de tout cela. Les problématiques conjugales débouchent souvent sur des conduites addictives ou des tentatives de suicide.

Rappelons qu’avoir des idées suicidaires n’est pas anodin. Des numéros sont mis à votre disposition en cas de besoin : Suicide écoute au 01 45 39 40 00 ou encore SOS amitié au 03 21 71 01 71.

Commentaires

Newsletter

Ephéméride

21 septembre
St Matthieu

Anniversaires du jour

Horoscope

Horoscope avec Horizon Radio
Un site créé par La News Company