Ouverture d’un centre de chirurgie de la femme à Hénin-Beaumont

15:46 - 24 janvier 2020
© Shutterstock.

Une création qui vise à améliorer l’accès aux soins pour les femmes.

Depuis janvier, un centre de chirurgie de la femme a ouvert ses portes à la polyclinique d’Hénin-Beaumont. Ce centre est dédié au dépistage et à la prise en charge des cancers du sein, de l’ovaire, de l’utérus et d’autres pathologies comme l’endométriose. Les patientes ne sont désormais plus obligées de se rendre à Lille ou Arras comme le rappelle le docteur Daphné Borja de Mozota. « On estime que sur Henin-Beaumont et ses environs, soit  un bassin de population de près de 400 000 habitants, il y a à peu près 400 femmes atteintes du cancer du sein par an sur ce secteur. Avant la création du centre, 180 patients étaient pris en charge à la polyclinique. Il fallait donc que les autres se rendent à Lille avec les difficultés de transports cela impliquent. Il y avait aussi des prises en charge sur Douai ou Arras mais seulement en secteur privé avec des dépassements d’honoraires. » À la polyclinique d’Hénin-Beaumont, les prises en charge se font sans dépassement d’honoraires sur un plateau technique équipé d’un robot chirurgical.

Dépistage au plus tôt les cancers pour les traités à temps

Chaque année, en France, 55 000 femmes découvrent qu’elles sont atteintes d’un cancer du sein, 5 500 d’un cancer de l’utérus, 4 500 d’un cancer de l’ovaire et 3 000 d’un cancer de l’utérus. Ces cancers féminins peuvent être diagnostiqués précocement grâce à un dépistage régulier. Le centre de chirurgie a pour objectif de mieux protéger les femmes sur ce volet. « Cette année, c’est le lancement du dépistage organisé du col de l’utérus », prévient le Docteur Borja de Mozota. « Il s’agit d’inciter les femmes à faire le frottis qui n’est peu, voire pas du tout effectué dans la région alors qu’il y a beaucoup de pathologies de col. Cela s’explique par un manque d’information et les difficultés d’accès aux soins. Désormais, les patientes pourront recevoir une convocation pour faire un dépistage en laboratoire. S’il y a anomalie sur le frottis, il faudra faire un examen complémentaire appelé colposcopie. »

Multiplier plusieurs prises en charge au sein d’un même espace

« Les prises en charge chirurgicales, peuvent être multi-pluridisciplinaires au sein de la polyclinique. » Cet avantage est non négligeable selon les chirurgiens puisque les patients n’auront plus à se déplacer ailleurs. « Cela signifie qu’il y a la nécessité d’avoir recours a plusieurs spécialistes. La prise en charge de l’endométriose peut impliquer  une prise en charge par un gynéco mais aussi, parfois par un chirurgien digestif ou un urologue car les atteintes peuvent être multi-viscérales. Toutes les compétences sont réunies au sein de la polyclinique. »

Désormais, les patientes peuvent avoir accès à la reconstruction mammaire suite à un cancer. La prise en charge de l’endométriose se pratique également au sein de la polyclinique. Il est possible de prendre rendez-vous en se rendant sur le site de la polyclinique.

Commentaires

Newsletter

Ephéméride

24 février
St Modeste

Anniversaires du jour

Horoscope

Horoscope avec Horizon Radio
Un site créé par La News Company