« Salah Abdeslam ne peut pas arriver à la prison de Vendin dans ces conditions »

14:11 - 12 janvier 2018
Les surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil ont refusé de prendre le service ce vendredi matin.
Les surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil ont refusé de prendre le service ce vendredi matin.

Le détenu le plus surveillé de France doit être transféré au centre pénitentiaire dans un contexte très tendu.

Une centaine d’agents pénitentiaires ont refusé de prendre le service ce vendredi matin après l’agression de 4 de leurs collègues jeudi après-midi à Vendin-le-Vieil. Un détenu islamiste, placé en isolement, s’est jeté sur les surveillants à l'ouverture de sa cellule. Il les a blessés avec une paire de ciseaux et une lame de rasoir mais leurs jours ne sont pas en danger. « Après ces événements, l’arrivée du détenu le plus surveillé de France est remise en cause, » lance Julien Martin, délégué interrégional FO en faisant allusion au transfert programmé dans le Pas-de-Calais de Salah Abdeslam, seul survivant des commandos des attentats parisiens de novembre 2015. Il devait être transféré à Vendin-le-Vieil pour un procès qui doit se tenir à Bruxelles en février. « Dans ces conditions, l’ouverture d’un quartier de radicalisation est lui aussi compromis. Il est prévu de placer 2 surveillants par étage pour 12 détenus. Quand on voit les dégâts causés avec un détenu du même profil sur 4 agents pénitentiaires, on craint le pire, » poursuit Julien Martin.

Une mobilisation partie pour durer ?

Les surveillants pénitentiaires ont poursuivi leur mobilisation ce vendredi et n’ont pas l’intention de s’arrêter. « Cela durera le temps qu’il faudra, » prévient le personnel. Parmi les revendications exigées : la démission du directeur arrive en tête. « Il faut mettre les moyens humains nécessaires à la gestion adaptée à la population pénale que l’on reçoit. Nous avons des détenus très dangereux incarcérés pour de longues peines. Il faut renforcer les effectifs, » complètent les syndicalistes. « La direction ne nous a pas écoutés alors que cela fait 3 ans que nous réclamons un nouveau mode de fonctionnement de l’établissement. On travaille la peur au ventre, » s’inquiète Abdel Kader Ouarrak, secrétaire CGT à la prison.

Les 2 députés FN du Pas-de-Calais, Marine Le Pen et Bruno Bilde, étaient présents sur les lieux ce vendredi matin. La députée a visité l’établissement pénitencier en compagnie du directeur. Elle réclame une commission d’enquête parlementaire sur les faits qui se sont déroulés jeudi après-midi. À 13h30, le directeur interrégional de l’administration pénitentiaire Alain Jego est arrivé sur place. Un mouvement national est prévu lundi.

Complément d'information à 16h45 : les agents pénitentiaires ont levé leur grève après la visite du directeur interrégional de l'administration pénitentiaire. Devant le personnel, il a reconnu un problème de gestion de la prison de Vendin-le-Vieil. 

Commentaires

Newsletter

Sondage

Quel monument représente pour vous le mieux l'Artois ?

Le beffroi d'Arras
Les terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle
Le stade Bollaert
Autres

Ephéméride

21 janvier
Ste Agnes

Anniversaires du jour

Horoscope

Horoscope avec Horizon Radio
Un site créé par La News Company