Le « Charbonnay » du terril viticole d'Haillicourt commercialisé début 2017

14:26 - 22 octobre 2016
Les bénévoles de l'association 2 Bis & Tertous en pleine vendange !
Les bénévoles de l'association 2 Bis & Tertous en pleine vendange !

Plus de 500 kilos de raisins récoltés malgré de mauvaises conditions climatiques.

Ce samedi matin, une quarantaine de courageux sont montés sur le terril d'Haillicourt pour la traditionnelle vendange. Cela fait 4 ans que les bénévoles de l'association 2 Bis & Tertous et les locaux vendangent sur le terril viticole. Au départ, il ne s'agissait que d'un pari entre Henri Jammet et Olivier Pucek, 2 viticulteurs originaires de la région. Aujourd'hui, récolter du vin sur un terril n'est plus une idée folle mais une date que l'on coche sur un calendrier.

Cette année les récoltes ont été meilleures que l'an passé. Plus de 500 kilod de raisins ont été récoltés sur 2 000 pieds de vignes. Pourtant, ce n'était pas gagné d'avance ! Les intempéries du printemps et les précipitations des derniers jours auraient pu anéantir tout espoir de production du fameux « Charbonnay ». Par ailleurs, si les étourneaux n'avaient pas picoré les baies, la production aurait été plus importante.

Depuis le 1er janvier 2016, les vins provenant de régions non-viticoles sont commercialisables. Ce n'est pas encore le cas pour le « Charbonnay », le vin du Nord Pas-de-Calais « sera commercialisable début 2017, » explique le Bruaysien Olivier Pucek. « L'association a obtenu un droit de plantation à titre expérimental. Pour le moment, nous n'avons pas le droit de commercialiser ce type de plantation. En revanche, nous avons obtenu le droit de planter de nouveaux pieds de vigne. La commercialisation viendra après ces étapes. »

Ému, Olivier Pucek s'est « toujours battu pour commercialiser son vin. J'ai toujours trouvé absurde que les Belges et les Anglais commercialisent leurs vins. Pourquoi le Nord-Pas-de-Calais est victime de cette injustice ? Sincèrement, nous n'irons pas concurrencer la Bourgogne et la Champagne. »

Pour les derniers sceptiques, Olivier Pucek considère que « les terrils sont l'un des seuls lieux de la région adapté à la production de vin. La pente et la nature du sol des terrils compensent les terres grasses du sol. Il y a un micro-climat sur les terrils, l'air est plus sec. » Le vigneron n'a pas abandonné l'idée de créer un autre terril viticole aux alentours.

GALERIE PHOTOS :

Commentaires

Newsletter

Ephéméride

12 avril
St Jules

Anniversaires du jour

Horoscope

Horoscope avec Horizon Radio
Un site créé par La News Company