Vers la fermeture de la maison médicale de garde de Béthune-Beuvry ?

11:49 - 08 novembre 2018

Les élus locaux se mobilisent pour réclamer le maintien de cette offre de soin.

L’Agence régionale de santé (ARS) a décidé d’agrandir le secteur couvert par la maison médicale de Béthune. Les médecins devraient ainsi assurer des gardes dans 36 communes. Concrètement, le territoire à couvrir irait de La Bassée jusqu’à Allouagne en passant par Lestrem. Cette cadence serait difficile à suivre pour les généralistes du secteur et sans eux, la maison de garde fermera ses portes. Les professionnels de santé concernés doivent prendre une décision ce jeudi soir. Or, cet établissement est l'un des plus performant du pays avec plus de 6 000 consultations à l’année. « Il n’y aura plus assez de médecins volontaires pour faire fonctionner la maison médicale et le service des urgences sera de nouveau saturé avec les difficultés que l’on connait : délais dans les prises en charge, épuisement à cause des conditions de travail… » s’alarme Olivier Gacquerre, le maire de Béthune qui a envoyé un courrier à l’ARS avec d’autres élus locaux pour réclamer le maintien de cette offre de soin.

« La maison médicale me facilite la vie »

Cette possible fermeture serait un coup dur dans un territoire où l’offre de soin est limitée. Pour Stéphanie, une maman de 4 enfants qui habite à Béthune, la maison de garde était la meilleure des solutions : « Une fois, mon garçon avait plus de 40°C de températures. J’ai appelé tous les médecins dans le Béthunois et je n’ai eu aucune réponse. Pendant 3 mois, je suis retournée voir mon médecin traitant à Sains-en-Gohelle et je ne pouvais pas faire systématiquement les allers-retours. Une amie m’en a conseillé un à La Couture mais il y a environ 15 minutes de route et je n’ai pas le permis de conduire. Je devais attendre le retour de mon conjoint après 17h30 et c’est difficile d’avoir des rendez-vous à cette heure, surtout avec des enfants en bas-âge. Or, la maison de garde, je m’y suis déjà rendue le dimanche après-midi, ça m’a facilité la vie. » Enfin, selon la pathologie, les patients étaient pris en charge différemment à la maison médicale. « Si j’ai juste une angine, je suis dirigé vers la maison médicale de garde. À l’inverse, si je me plains d’une douleur à la poitrine, le médecin me dirige vers les urgences, » illustre Olivier Gacquerre.

Un rassemblement organisé par la CGT retraités est prévu vendredi à 18h devant la sous-préfecture de Béthune pour réclamer le maintien de la maison médicale.

Commentaires

Newsletter

Sondage

Le RC Lens va-t-il monter en Ligue 1 en juin prochain ?

Oui
Non

Ephéméride

14 novembre
St Sidoine

Anniversaires du jour

Horoscope

Horoscope avec Horizon Radio
Un site créé par La News Company